French Management Research

LE MANAGEMENT FRANÇAIS VU D'AILLEURS.

Cette grande recherche internationale a été menée conjointement par une équipe du CIFFOP et de l’université de Princeton aux Etats-Unis, à laquelle ont participé 18 entreprises du CAC 40 et plus de 2000 managers internationaux.

 

                                  

1. Présentation de la recherche

La France, forte de nombreux champions industriels dans des secteurs aussi variés que l’énergie, le luxe, les services financiers ou l’aéronautique, s’intègre toujours plus dans une économie mondialisée. Ses entreprises servent des marchés à l’échelle internationale.

La culture managériale française n’est pas décodable aisément auprès des non-Français : s’intégrer dans ce contexte particulier peut relever du défi.

Nous avons souhaité mettre en lumière ce qui constitue l’ADN du management français au travers d’une approche scientifique. Notre objectif est de dépasser tant les préjugés que les travaux anciens sur le management français.

Nous avons mis l’accent sur la perception du management français au quotidien par des managers internationaux travaillant dans de grands groupes du CAC 40, en France ou à l’étranger.

Notre recherche s’appuie sur la robustesse d’un questionnaire quantitatif à échantillon large mais aussi sur la richesse de questions ouvertes propices aux anecdotes croustillantes et à l’explication du ressenti au travers de faits concrets.

Ce projet a dès lors pour but de répondre à trois questions majeures :

  1. Comment les managers internationaux perçoivent-ils le management français ?
  2. Quelles sont les clés du succès pour un manager international qui souhaite accéder à une fonction de top management au sein d’une multinationale française ?
  3. Y-a-t-il un seul type de management français ? En ayant analysé au moins la moitié du CAC 40, trouve-t-on des différences significatives d‘une entreprise à l’autre ? Selon le secteur d’activité ? Quels sont les contours du management à la française ? Est-il monolithique ou diffus en fonction d’un certain nombre de variables ?

L’analyse des données récoltées va permettre d’établir les spécificités du management à la française et établir un vade-mecum utile pour les managers confrontés au management français.

2. Méthodologie

La recherche concerne essentiellement les entreprises du CAC 40.

Nous avons sollicité le comité exécutif de ces grandes entreprises (le PDG, le DRH Groupe, le Directeur du Développement des Talents ou le Directeur Diversité) en leur demandant de nous transmettre un minimum de 100 adresses électroniques de managers internationaux occupant des positions variées (niveau hiérarchique, genre, lieu, nationalité).

Les managers internationaux ont été invités à répondre anonymement et confidentiellement à un questionnaire en ligne.

Nous avons ensuite exploité les données quantitatives et qualitatives et produit une courte note de synthèse aux répondants pour les remercier de leur participation.

Un événement de partage est également prévu début 2015 pour permettre aux 18 entreprises participantes d’avoir une vue synthétique des résultats et de partager entre pairs confrontés à des enjeux similaires d’inclusion de managers non-français à des niveaux supérieurs de leur organisation.

3. 19 grands groupes, dont 18 du CAC 40, ont participé à cette recherche !

Notre objectif à terme est d’obtenir des réponses en provenance de la moitié du CAC 40, de manière à avoir une représentativité significative de l’ensemble des secteurs économiques représentés.

Au 30 novembre 2014, plus de 2000 managers provenant des entreprises suivantes ont participé à l’étude :

           

4. Premiers résultats

Le management français est considéré comme unique et peu comparable avec le management en vigueur dans d’autres cultures. Plus de 2/3 des répondants vont dans ce sens.

Le management français est porteur de caractéristiques qui contribuent à de hauts niveaux de performance. Il recèle également des gisements d’amélioration qui sont identifiés de manière convergente par les répondants, ceci à la fois au niveau des pratiques des entreprises mais aussi au niveau plus individuel, à l’échelon managérial.

“Don’t assume that colleagues who appear to speak English necessarily fully

comprehend it.”

 “After my first meeting upon joining the company, I saw that views of the merits of different persons' opinions were largely influenced by what school they attended.”

“Try to understand the ""French"" way of thinking - don't just consider you are right and they are wrong”.

“Build relationships first”
“Learn quickly who’s who”

“Working in a French organization is all about building relationships and trust.”

 

5. Prochaines étapes

La première phase de la collecte des données s’interrompra fin janvier 2015.

Un livre présentant les résultats synthétiques et détaillés de l’enquête est en cours de préparation (publication fin 2015), suivi de la publication d’articles scientifiques de revues classées centrés sur les multiples variables du projet.

Les résultats scientifiques seront présentés en s’appuyant sur la richesse de l’expérience des managers travaillant dans ces entreprises.

Les entreprises participantes sont destinataires de rapports synthétiques les concernant en comparaison du reste du CAC 40. Des analyses spécifiques plus approfondies peuvent être réalisées à la demande.

Pour plus d’information, vous pouvez contacter:

Yasmina JAÏDI

Maître de conférences

Co-Directeur du master international Human Resources Management

Université Panthéon-Assas/ CIFFOP

yasmina.jaidi@u-paris2.fr

 

6. L’équipe de recherche

Yasmina JAIDI (Université Panthéon-Assas, CIFFOP, chercheur associé au LARGEPA)

Frank BOURNOIS (Université Panthéon-Assas, CIFFOP, chercheur associé au LARGEPA, Directeur Général d’ESCP Europe depuis Septembre 2014).

Ezra SULEIMAN (Princeton University)

La classe 2013-2014 a également activement participé à cette recherche au travers de la rédaction de leurs mémoires de groupe 2014, réalisé au sein des entreprises de leurs tuteurs (EDF, L’Oréal, Safran, Suez Environnement, Vinci mais aussi Tetra Pak). Ces mémoires, basés sur des entretiens individuels, ont renforcé le spectre qualitatif de ce projet.